Seize The Day

La prestigieuse université d'Harvard vous accueille pour le meilleur... et pour le pire.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Throw It Away. Forget Yesterday. We'll make the Great Escape. [October]

Aller en bas 
AuteurMessage
Mark Mauritany

avatar

Masculin Nombre de messages : 9
Age : 27
Date d'inscription : 19/04/2008

Student Card
Année Scolaire: Deuxième année
Parce qu'ils font partie de votre vie:
Réaction face aux meurtres: ’Je veux savoir ce qu’il se passe.’

MessageSujet: Throw It Away. Forget Yesterday. We'll make the Great Escape. [October]   Sam 10 Mai - 18:02

free music



Quel est le seul endroit au monde où il est possible de trouver une foule immense, des mômes pleurnichards, des odeurs de cuisson à vous faire vomir, une nourriture qui ne vaut pas mieux et Mark Mauritany au même moment ? Un fast-food. L'endroit le plus hype pour n'importe quel jeune adulte tenant un minimun à son intégrité sociale américaine. On y croisait inévitablement toute personne dites respectable en train de grignoter un Cheeseburger et un Coke Light, "pour garder la ligne ..." Mark avait attendu plus de 45 minutes et il n'avait cependant pas eu le temps de se fixer sur un menu peu calorique, équilibré mais suffisament riche pour caler sa faim et lui permettre de tenir toute l'après-midi. Après quelques minutes de refléxion intense qui lui valurent plusieurs insultes de la part de la vieille dame derrière lui, il opta pour un burger au bacon, une grande frite et un iced coffee. Le grand brun fila s'asseoir à une table qui se libéra au moment même ou il quittait la queue avec son plateau. Il était seul à table mais il avait la grande opportunité de se trouver dans un angle lui permettant d'admirer une jolie brune qu'il avait croisé à plusieurs reprises sur le campus et qui était dans le même internat que lui. Il observait le jeune demoiselle lorsque un ensemble lumineux et sonore provenant de sa besace posée sur le siège adjacent le tira de ses rêveries. Mark sortit son téléphone et décrocha :

- Mum ?! Qu'est-ce qu'il y a ?
- ...
- Tu as terminé une autre sculpture ? Fabuleux !
- ...
- Non tu ne me déranges pas ... Je suis en train de manger.
- ...
- Quoi ?!! Non ! C'est pas vrai !! Comment est-ce que ...


Une frite mal ingurgitée vint soudain interrompre la phrase de Mark. Le visage rouge, une main au téléphone et l'autre arpentant la table à la recherche de sa boisson, le jeune homme essayait désespérement de rassurer sa mère au téléphone en bégayant péniblement des morceaux de phrases. Il mit finalement la main sur son café et but trois gorgées du magnifique cocktail de crème, de sucre et de café froid. Reprenant ses esprits et par la même occasion la conversation téléphonique, Mark réalisa que s'être donné dans un tel spectacle n'était surement pas quelque chose qui allait lui être bénéfique. Il ramassa donc ses affaires, et sortit en courant du fast food restaurant. Le jeune étudiant venait d'apprendre une nouvelle qui l'avait tellement surpris qu'il avait failli y laisser sa peau. Sa mère venait de lui annoncer qu'elle et son père allait venir lui rendre visite prochainement et passer un peu de temps avec lui étant donnée qu'ils n'avait pas revu leur cher fils depuis au moins trois semaines. Cette nouvelle n'eut pour seul effet que d'affoler Mark qui ne menait pas une vie des plus saine lorsqu'il était au campus. Sans mentionner l'effet qu'une telle visite provoquerait chez ses connaissances. C'était sans doute une des pires choses que ses parents pouvaient lui faire. Cela et le deshériter. Le jeune homme raccrocha, presque au nez de sa mère et prit une grande inspiration : comment allait-il gérer cette situation ? Cela paraissait anodin mais pas pour Mark : le jeune homme n'était pas très attaché au cordon parental et dès qu'il pouvait éviter de se trouver dans la même pièce qu'eux il le faisait sans aucune hésitation. Le jeune étudiant avait commencé à marcher en direction du parking où il avait garé sa voiture lorsqu'un événement interrompit à la fois sa marche et sa réflexion, aussi profonde fût elle. Le choc intervint à l'intersection de la rue : quelque chose ou quelqu'un entra en collision avec lui et se vit aspergé de café glacé.

- Merde ! Oh désolé ! Vraiment ...

La chose en question n'avait pas vraiment l'air de quelqu'un qui voulait accepter les excuses que l'on était en train de lui faire, aussi sincère soient elle ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://golden-trashcan.skyblog.com
October Cooperfield
People change and promises are broken

avatar

Nombre de messages : 123
Âge du personnage : 20 ans
Année : Deuxième année
Humeur : Mélancolique
Date d'inscription : 18/02/2008

Student Card
Année Scolaire: Deuxième année
Parce qu'ils font partie de votre vie:
Réaction face aux meurtres: ’Je veux savoir ce qu’il se passe.’

MessageSujet: Re: Throw It Away. Forget Yesterday. We'll make the Great Escape. [October]   Lun 12 Mai - 16:38

free music


    Le fait était que la jeune femme avait passée une très mauvaise matinée. Vous savez, le genre de début de journée insupportable où tout le monde vous a tapé sur les nerfs et où vous avez eu l’envie de hurler toutes les heures ? Bref, elle avait cru exploser et, si l’heure du déjeuner n’était pas vite arrivé, elle ne serait certainement pas d’attaque pour une nouvelle après-midi à Harvard, pas avec une si mauvaise fin de journée qui se profilait à l’horizon.

    Tout avait commencé par un réveil en retard. Son réveil n’avait de toute évidence pas sonné et elle et Anna ne s’était pas levées à l’heure. Par conséquent, elles avaient plus d’une demi-heure de retard et October s’était surprise à s’imaginer la tête de ses parents s’ils l’apprenaient. La jeune femme s’était lavée et habillée en vitesse et n’avait même pas eu le temps de déjeuner. Elle détestait ce genre de lever tardif et complètement paniqué, mais elle n’avait de toute évidence pas le choix.

    Elle avait filé vers sa salle de cours, sans se faire trop d’illusions. Son professeur d’Histoire était un homme extrêmement sévère et n’acceptait aucun retard et aucune absence injustifiée. October le savait très bien car, en plus, il connaissait assez bien son père pour avoir fait ses études avec lui. Ce lien d’amitié ajoutait une tension en plus : si ses parents apprenaient qu’elle avait raté un cours, elle n’imaginait même pas leurs réactions. Sans doute aurait-elle le droit à des ‘tu devrais prendre exemple sur ton frère, il assiste toujours à ses cours, lui !’ ou à d’autres remontrances encore plus corsées. De toute manière, la jeune femme avait l’habitude. Néanmoins, elle redoutait toujours ces moments car elle savait pertinemment que ce n’était pas un bon moment qu’elle allait passer, c’était même sur…

    Prenant sa respiration, elle avait toqué à la porte et était entrée, tandis que tous les regards avaient convergés vers un même point : elle. October détestait cette sensation d’être épiée et observée de tous les côtés. C’était extrêmement désagréable et, pourtant, ça arrivait bien souvent. Le silence s’était fait dans la salle (mais la jeune femme savait très bien qu’aucun murmures n’étaient acceptés pendant le cours d’Histoire) et le professeur l’avait examinée au dessus de ses petites lunettes.


    "Je suis désolée de mon retard monsieur, je…
    - Je ne veux pas entendre vos excuses, mademoiselle. Veuillez sortir de la pièce pour que je puisse continuer correctement mon cours…"


    October n’avait même pas essayé d’insister : ce n’était pas la peine et elle en était parfaitement consciente. Elle avait délicatement refermé la porte et s’était retrouvée seule dans un des couloirs froids et silencieux d’Harvard. La jeune femme avait pris son portable et l’avait allumé, avant de jeter un coup d’œil à sa montre : elle indiquait neuf heures moins dix. C’était bientôt l’heure du deuxième cours de la journée et elle avait décidée d’y aller tout de suite pour être sure d’être à l’heure.

    Fort heureusement, le reste de la matinée s’était déroulée parfaitement normalement. Et puis, peut avant midi, les choses s’étaient gâtées. Tandis qu’elle venait tout juste de sortir de l’amphithéâtre où elle venait d’assister à un cours de Biologie, la sonnerie de son portable avait retentit. October l’avait sorti de sa poche et avait vu le nom de son père s’afficher. Aie. Manifestement, il avait déjà était mis au courant de la petite mésaventure qui s’étaient produites quelques heures plus tôt. Elle avait décroché et avait fait face à la tempête.


    "Comment as-tu pu faire ça ? Tu sais très bien que les cours d’Histoire font partie des plus importants de tout ceux enseignés à Harvard !
    - Je sais mais…
    - Si tu continues comme ça, tu ne passeras jamais en troisième année ! Prends exemple sur ton frère, enfin !
    - Tu sais très bien que…
    - J’ai un client, on en reparlera plus tard !"


    Et il avait raccroché. Cette histoire avait fini par mettre la jeune femme de très mauvaise humeur et elle s’était retrouvée à marcher d’un pas rapide - signe qu’elle était énervée - vers le fast food de la ville. Elle n’avait pas décidée d’aller là-bas mais quand elle était irritée, c’était ses pas qui la guidaient pour elle. Et puis, son portable avait de nouveau sonné et elle avait du se stopper au milieu de la rue, à quelques mètres seulement du fast food pour le lire.

    Citation :
    Message de Calvin

    Désolé pour tout à l’heure. Ce professeur est décidément trop intolérant ! Au fait, tu m’évites ?

    Un petit sourire plus triste qu’amusé s’était formé sur ses lèvres et c’est alors qu’elle rangeait son portable que le choc avec Mark s’était produit.

    Alors en d’autres circonstances, October aurait pris cette situation avec le sourire, comme à son habitude. Elle était loin d’être rancunière et encore moins colérique. Mais là, s’en était trop. Trop pour cette journée, en tout cas. La jeune femme poussa un soupir de rage et passa ses mains sur son chemisier à l’endroit où le café glacé l’avait aspergé, tentant de le nettoyer un peu. Bien entendu, ce n’était que pire.


    "Mais c’est pas vrai ! Je suis maudite ou quoi ?!"

    October fixa la personne en face d’elle et reconnu un étudiant d’Harvard. Elle aurait été incapable de dire son nom et l’année dans laquelle il était mais elle l’avait déjà croisé quelques fois sur le campus. La jeune femme se pinça l’arrête du nez - signe d’agacement - et ferma les yeux pour se calmer un peu. Elle n’allait quand même pas enflammer le jeune homme en face d’elle, il ne l’avait pas fait exprès. October reprit peu à peu ses esprits et rouvrit les yeux. Il était toujours là.

    "J’espère que tu n’est pas un boursier car je te préviens, la note du teinturier va être salée !"

    Bon, ce n’était pas encore ça. Là, elle passait pour une petite garce qui été beaucoup trop gâtée par ses parents et October n’était pas du tout comme ça, bien au contraire. Elle respira un bon coup et tendit sa main au jeune homme.

    "Désolée. Ce n’était pas la bonne journée pour m’arroser de café glacé, mais passons. Je suis October Cooperfield et toi, tu es ?"

    Autant qu’elle fasse connaissance avec le jeune homme, ça lui permettrait de se calmer un peu. Et puis, ça lui changerait les idées…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seize-the-day.forumactif.com
Mark Mauritany

avatar

Masculin Nombre de messages : 9
Age : 27
Date d'inscription : 19/04/2008

Student Card
Année Scolaire: Deuxième année
Parce qu'ils font partie de votre vie:
Réaction face aux meurtres: ’Je veux savoir ce qu’il se passe.’

MessageSujet: Re: Throw It Away. Forget Yesterday. We'll make the Great Escape. [October]   Lun 12 Mai - 18:43

C'était dans ce genre de moments que Mark Mauritany savait que même un sourire ne pouvait lui éviter quelques bonnes minutes de remontrances, voire même d'insultes. D'habitude, il suffisait à l'étudiant de bafouiller une ou deux gentillesses à l'égard de son interlocuteur, un long regard dans les yeux si il s'agissait d'une femme et le tour était joué. Mais pas aujourd'hui. Au regard du visage qu'affichait la demoiselle en face de lui, même le plus long des regards n'aurait pas été suffisant pour faire oublier sa faute.

- Mais c’est pas vrai ! Je suis maudite ou quoi ?!

Mark baissa les yeux, passa une main moite dans sa crinière. Il sentait le regard de la jeune femme sur lui. Lorsqu'il osa enfin regarder plus haut que ses Converses rouges, la fille l'observait toujours. Il sentait qu'il fallait qu'il dise quelque chose, aussi commenca-t-il à ouvrir la bouche pour prononcer quelques excuses habituelles lorsque la blonde l'interrompit dans son élan :

- J’espère que tu n’est pas un boursier car je te préviens, la note du teinturier va être salée !

Une plaisanterie de mauvais goût commençait à se former sur le bout des lèvres charnues de l'étudiant mais il ravala ses paroles avant de dire quelque chose qui pourrait lui être défavorable par la suite. La jeune ouvrit encore une fois la bouche. Mark pensa que c'était une des ces filles qui parlent trop et qui vous donne envie de les étrangler rien qu'en entendant leur voix. Mais il se retint : elle voulait peut-être dire quelque chose d'important.

- Désolée. Ce n’était pas la bonne journée pour m’arroser de café glacé, mais passons. Je suis October Cooperfield et toi, tu es ?


Finalement, cette fille n'était peut-être pas si négative que cela. Le grand brun observa ses yeux. Ils étaient beau. Elle aussi était belle d'ailleurs mais Mark n'avait pas eu le temps de le réaliser ce qui est étrange d'ailleurs car la première chose que Mark et que tout autre homme normalement constitué regardait. Il se décida, après quelques secondes d'admiration, à prendre la parole :

- Hey October, encore désolé. Moi c'est Mark ... Mauritany. Tu ... Enfin, je te payerais la note du pressing ne t'inquiètes pas ... J'en connais un génial sur la Elmington Rd si tu veut. Un jour il a réussi à enlever des traces d'herbes et de ... Crap ! Je suis vraiment désolé, je regardais pas où j'allais et ... c'est de ma faute, j'insiste pour le teinturier !

A présent c'était au tour de Mark de s'étaler en paroles, un véritable moulin. Il regarda encore une fois la belle étudiante, et passa encore une fois la main dans ses cheveux lustrés qu'il passait tant de temps à mettre en ordre le matin et même si ils donnaient l'impression de ne pas être coiffés, c'était un soin auquel Mark aimait particulièrement s'adonner.

- Désolé, je parle trop ... Tu es à Harvard, je crois. En quelle année ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://golden-trashcan.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Throw It Away. Forget Yesterday. We'll make the Great Escape. [October]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Throw It Away. Forget Yesterday. We'll make the Great Escape. [October]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ?
» MAKE YOUR OWN FAIRYTALES
» ENEYA • « never forget where you came from »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seize The Day :: >> Cambridge City << :: . P O R T E R _ S Q U A R E :: . Mac Donald's-
Sauter vers: